La Couleur du Lait de Nell Leyshon


Edition : 10-18



186 pages 

4ème de couverture : 

En cette année 1832, Mary, une fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible et sévère, en bref, une vie de misère dans la campagne du Dorset.
Simple et franche, lucide et impitoyable, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu'on l'a envoyée travailler chez le pasteur Graham, afin de servir et tenir compagnie à son épouse, femme fragile et pleine de douceur.
Elle apprend avec elle la bienveillance, et découvre avec le pasteur les richesses de la lecture et de l'écriture...mais aussi l'obéissance, l'avilissement et l'humiliation. Finalement, l'apprentissage prodigué ne lui servira qu'à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son implacable confession.


Mon ressenti : 
J'ai reçu ce roman de Salhuna dans le cadre du challenge Pioche dans ma PAL. 
C'est une totale découverte, d'une part, je ne connaissais pas l'auteur, d'autre part, je n'avais jamais entendu parler du livre non plus.

Salhuna, je ne peux que te remercier grandement pour cet envoi. Jamais, sans toi, ce roman n'aurait terminé dans ma bibliothèque et je serais passé à côté d'un sacré livre !

Autant vous le dire tout de suite, j'ai adoré ce roman. De la première à la dernière ligne.
J'ai eu l'impression d'avoir Mary à côté de moi, me racontant son histoire. Et j'irais même plus loin, j'avais l'impression d'avoir une amie, quelqu'un de proche, qui me dévoilait ses secrets. 

Ce livre a eu un effet "apaisant" auquel je ne m'attendais pas. Car, l'histoire de Mary n'a rien de zen, ou de calme. C'est une jeune fille de 15 ans avec un léger handicap, battue par son père, et donnée du jour au lendemain au pasteur du village comme domestique. Elle est projetée de la vie de la ferme, rustre, à la vie de domestique, avec les bonnes manières que cela implique et qu'il lui faut apprendre immédiatement.

Le roman est donc à la première personne, et avec un style approximatif. En effet, Mary apprend juste à lire et à écrire. Alors les majuscules sont oubliées, des fautes de grammaires sont présentes mais rendent le récit tellement plus véridique, profond. C'est vraiment toute la force du roman qui s'exprime à travers cette simplicité.
Tout est décrit de façon directe, pas de chichis, par de belles phrases, juste des faits posés sur papier. 

En conclusion, je ne peux que vous conseiller de découvrir l'histoire de Mary, et faites comme moi, laissez-vous porter.


En bref :
Qu'est-ce que vous faites encore devant votre écran ? Vous n'êtes pas partis chez le libraire ?




Articles les plus consultés